Reboisement à Brison (74)

Catégorie
Lieu
Brison (74)
Période
Novembre 2022

Près de 2 hectares forestiers replantés

Le projet se situe sur le versant Nord de la vallée de l’Arve, en Haute-Savoie. Il couvre une surface de 2 hectares située à 1200 m d’altitude.
Objectif de l’opération : reconstituer 1,8 hectares de peuplement forestier de la forêt communale de Brison avec, comme priorité, l’utilisation d’essences adaptées au changement climatique en cours.
Cette action de grande ampleur permettra également de :
• permettre une production variée de bois d’œuvre,
• éviter le développement de végétation concurrente,
• répondre à un enjeu de protection contre les risques naturels (chute de pierres, éboulements, érosion torrentielle).

A propos de la forêt communale de Brison

Avec ses 38 hectares, la forêt communale de Brison est située sur l’ubac de la Vallée de l’Arve, à proximité de la commune de Bonneville, en Haute-Savoie. Elle se situe dans une démarche de gestion multifonctionnelle et de développement durable prenant en compte les besoins de préservation des milieux et des espèces, mais aussi l’exploitation du bois et l’ouverture de la forêt au public dans le but de transmettre aux générations futures un patrimoine avec tous ses potentiels.

Crédit photo ONF

Le projet en chiffres

Illustration forêt pour botanic
1,8
hectares reboisés
Illustration arrosoir pour botanic
1800
arbres plantés
Illustration collaborateurs pour botanic
2ème
projet pour le Fonds de dotation botanic

À l’origine, une zone forestière sujette à la prolifération d’insectes ravageurs

La parcelle proposée au reboisement est occupée par un peuplement d’épicéas ravagés par les scolytes. Le propriétaire a donc décidé de les exploiter pour stopper la progression de ces coléoptères. 

La prise en compte des évolutions climatiques dans la gestion de sa forêt amène à l’utilisation d’espèces de résineuses différentes dans les reboisements. Dans ce cadre, l’ONF a proposé à la commune la réalisation d’un reboisement diversifié avec du mélèze d’Europe et du sapin pectiné. Cette plantation, en plus de rétablir l’état boisé et tous ses bénéfices, permettra de tester de nouvelles essences plus résilientes au changement climatique et servir de référence.

Crédit photo ONF